Proust, prix Goncourt

Gallimard, 2019, 264 pages
ISBN : 9782072846786

onda

Le récit de Thierry Laget est passionnant et admirable de bout en bout. D’abord parce que sa documentation est si abondante et précise que pas une ligne écrite par un partisan ou un adversaire de Proust ne lui a échappé. Ensuite, parce que, proustien, s’il est du bon côté de la littérature, il est équitable dans l’exposé des forces intellectuelles en présence et dans la relation de la furieuse bataille. Enfin, à l’élégance de son écriture, il sait apporter juste ce qu’il faut d’ironie pour ne pas dévaloriser son sujet et, par ses commentaires sur le palmarès et la composition de l’académie Goncourt, plus en amuser les membres actuels que les offusquer.
Bernard Pivot, Le Journal du dimanche, 7 avril 2019.

Thierry Laget raconte une  « émeute littéraire » comme un passionnant match de boxe. […] Proust batailleur et magouilleur, c’est un spectacle réjouissant, dont Thierry Laget, proustien émérite, conte, non sans ironie, les tableaux et les péripéties, documents inédits à l’appui.
Frédéric Pagès, Le Canard enchaîné, 10 avril 2019.

À peine le nom du lauréat connu, adversaires et partisans de l’écrivain vont s’affronter des mois durant par presse interposée. Du jamais vu quasi depuis l’affaire Dreyfus, comme le raconte avec gourmandise, alacrité et souvent beaucoup d’ironie Thierry Laget, […] au fil d’un livre passionnant […].
Raphaël Aubert, Bon pour la tête, 10 avril 2019.

Thierry Laget […] raconte tout cela avec infiniment d’humour, de cet humour que seuls les intimes de la littérature peuvent comprendre et qui fait si mystérieusement partie de la chimie de l’esprit parisien.
Michel Crépu, La Nouvelle Revue française, en ligne, 11 avril 2019.

Thierry Laget revient sur cette « émeute littéraire ». Avec un talent fou : style clair et incisif maniant l’ironie millimétrée ; art de citer à bon escient, sans effet bourratif mais en mettant à disposition toutes les offres de preuve glanées dans les archives de cette époque troublée.
Antoine Perraud, La Croix, 18 avril 2019.

Fouillé, documenté, bien tourné, ce récit se lit comme un polar. On y trouve tous les ingrédients : coups bas, manigances, manipulations, oppositions, personnages principaux aux caractères bien trempés, seconds rôles qui font la différence, retournements de situations… Le choix d’une chronologie, presque au jour le jour, donne à cette enquête un air de procès-verbal à couper le souffle.
Mohammed Aïssaoui, Le Figaro littéraire, 18 avril 2019.

Thierry Laget livre un récit aussi passionnant que le mieux ficelé des polars.
Éric Naulleau, Twitter, 23 avril 2019.

Si l’épisode était connu, Thierry Laget, par l’étude approfondie des articles de presse de l’époque, en déploie ici toute l’étendue quasi sismique. Avec une plume pince-sans-rire et un art redoutable du portrait, il peint tout d’abord la création de cette Académie Goncourt, tout ce soin que les frères Jules et Edmond de Goncourt, écrivains, historiens et brocanteurs, ont pris pour s’assurer une postérité éternelle.
Lisbeth Koutchoumoff, Le Temps (Genève), 27 avril 2019.

Le récit de Thierry Laget, érudit, minutieux, coloré d’humour, progresse comme un polar palpitant.
Jean-Marie Planes, Sud-Ouest, 28 avril 2019.

Le romancier Thierry Laget raconte, avec virtuosité, érudition et un sens aigu de la polémologie littéraire, cette incroyable bataille rangée, dont Drouant fut le QG, avec son cortège de manœuvres, d’alliances secrètes, d’attaques et de contre-attaques.
Jérôme Garcin, L’Obs, 2 mai 2019.

Thierry Laget, écrivain et éditeur au côté de Jean-Yves Tadié de la Recherche en Pléiade, raconte le prix Goncourt, sa naissance, sa gloire et le scandale créé par son attribution à À l’ombre des jeunes filles en fleurs par six voix contre quatre aux Croix de bois, de Roland Dorgelès, alors qu’on est en 1919 et que les anciens combattants réclament une récompense littéraire.
Mathieu Lindon, Libération, 4 mai 2019.

Le romancier et proustien Thierry Laget raconte cette folle aventure dans un livre passionnant, qui se dévore à la manière d’un feuilleton à l’ancienne. […] Thierry Laget a lu toute la presse de l’époque, s’est documenté sur les dix académiciens Goncourt, dont la plupart sont oubliés – qui connaît encore Gustave Geffroy ou Léon Hennique ? Il donne même le sentiment d’avoir pénétré la chambre obscure et médicamenteuse, où Proust écrivit son immortel chef-d’œuvre et d’où, mine de rien, il « commanda l’artillerie » et mena campagne afin d’obtenir le prix Goncourt.
Jérôme Garcin, La Provence, 5 mai 2019.

On peut dire qu’il a de la suite dans les idées. Thierry Laget vient de publier  Proust, Prix Goncourt. Une émeute littéraire, entamé voilà près de… quarante ans.
Jérôme Dupuis, L’Express, 7 mai 2019.

Je suis en train de lire le livre de Thierry Laget sur Proust et le Goncourt, et ma foi c’est excellent. Je le conseille à tous les écrivains qui veulent des prix, ça leur calmera la chatte.
Claro, Twitter, 9 mai 2019.

Avec sa plume alerte, ses formules brillantes et son ironie savoureuse, Thierry Laget retrace minutieusement ces débats, dépouillant la presse de l’époque, les livres de souvenirs, les correspondances. Il raconte cette « émeute littéraire » (c’est le sous-titre) que fut le Goncourt de Proust à la façon d’un feuilleton, avec ses personnages (Proust et Dorgelès, les dix jurés, les journalistes, tous portraiturés avec finesse et mordant) et ses rebondissements. Cette immersion dans la saison romanesque 1919 est un régal pour les amateurs d’histoire littéraire ; ses connexions avec les débats politiques de l’heure en font aussi, à sa façon, un livre d’histoire tout court. Captivant.
Bernard Quiriny, L’Opinion, 15 mai 2019.

Thierry Laget, un spécialiste de la question, qui avait naguère consacré un mémoire au sujet sous la direction de Jean-Yves Tadié avant de collaborer à ses côtés à la nouvelle pléiadisation de la Recherche, insiste sur la réception du prix ; il y commente brillamment le dossier de presse de l’époque des années 1919/1920 et réussit même la prouesse d’en faire un récit palpitant et plein d’humour.
Pierre Assouline, La République des livres, 20 mai 2019.

Vif, informé, pointu, l’auteur y brosse un fascinant portrait du milieu littéraire parisien et de toute une époque. Un intéressant morceau d’histoire littéraire.
Christian Desmeules, Le Devoir (Montréal), 1er juin 2019.

De ce chœur insultant, du rapport de force qui s’installe entre partisans et contempteurs de l’œuvre proustienne, des arguments de chacun, mais aussi du portrait public de l’écrivain tel qu’alors il se dessine et se fige durablement — la fortune, la maladie, le vieillissement précoce, la réclusion dans sa cham­bre… —, rien n’échappe au récit de Thierry Laget.
Nathalie Crom, Télérama, 11 juin 2019.